lillegrandpalais.com

Edito

Vous retrouverez sur ce blog les acteurs qui font de Lille une destination dynamique mais aussi ceux qui contribuent à rendre Lille Grand Palais toujours plus créatif ! Nous traitons ici de l’actualité culturelle de la métropole, les experts de l’événementiel s’expriment, nos clients parlent de leurs événements… Bonne lecture !

A la Une – Le Blog

Lille intense

Le 29 juin 2011 par A la une
Une ville où il fait bon vivre, qui répond aux
impératifs du développement durable et n’exclut
aucun territoire : c’est le défi auquel aspire la
métropole lilloise. Nathan Starkman, directeur
de l’Agence de développement et d’urbanisme de
Lille métropole revient sur le concept de « ville
intense ».
Qu’est-ce qu’une « ville intense » ?
Ce terme renvoie à une conception de la ville qui essaie
de répondre au mieux aux défis du développement
durable et de l’énergie. C’est une ville des courtes
distances, où le réseau des transports en commun est
dense et les modes de transport doux tels que la marche
ou le vélo sont développés. C’est aussi une ville qui
optimise tous ses territoires et vise à une utilisation
idéale de l’espace.
Cela concerne-t-il uniquement les centres villes de
grandes villes dynamiques ?
Lorsque l’on parle de « ville intense », on peut avoir
tendance à penser à de nouveaux quartiers. Mais l’existant
lui aussi est primordial. Les chantiers à venir sont
omniprésents, des centres villes aux friches industrielles ou
aux petits villages. La ville intense est applicable partout, à
des degrés divers.
Comment se manifeste à Lille, cette « ville intense » ?
Lille a été une des premières villes à miser sur ce
concept d’urbanisme. Le centre Euralille est un très bon
exemple de déclinaison de la ville intense. Les enjeux
à venir concernent par exemple l’amélioration de la
qualité énergétique des bâtiments anciens ou encore le
développement du réseau des transports en commun.

nathan-starckmanUne ville où il fait bon vivre, qui répond aux impératifs du développement durable et n’exclut aucun territoire : c’est le défi auquel aspire la métropole lilloise. Nathan Starkman, directeur de l’Agence de développement et d’urbanisme de Lille métropole revient sur le concept de « ville intense ».

Qu’est-ce qu’une « ville intense » ?

Ce terme renvoie à une conception de la ville qui essaie de répondre au mieux aux défis du développement durable et de l’énergie. C’est une ville des courtes distances, où le réseau des transports en commun est dense et les modes de transport doux tels que la marche ou le vélo sont développés. C’est aussi une ville qui optimise tous ses territoires et vise à une utilisation idéale de l’espace.

Cela concerne-t-il uniquement les centres villes de grandes villes dynamiques ?

Lorsque l’on parle de « ville intense », on peut avoir tendance à penser à de nouveaux quartiers. Mais l’existant lui aussi est primordial. Les chantiers à venir sont omniprésents, des centres villes aux friches industrielles ou aux petits villages. La ville intense est applicable partout, à des degrés divers.

Comment se manifeste à Lille, cette « ville intense » ?

Lille a été une des premières villes à miser sur ce concept d’urbanisme. Le centre Euralille est un très bon exemple de déclinaison de la ville intense. Les enjeux à venir concernent par exemple l’amélioration de la qualité énergétique des bâtiments anciens ou encore le développement du réseau des transports en commun.

Hélène David

suggérer un sujet - partager un lien Aucun commentaire

Les commentaires sont fermés.